Passer au contenu

22 mars 2013

2

The Zone, Paléo et jeune intermittent, l’association gagnante : Paléo (1/4)

Trio gagnant

L’alimentation paléo, le protocole  The Zone (je n’aime pas le terme régime, car il sous entend une notion temporaire et uniquement à visée de perte de poids)  et le jeune intermittent de type leangains  ont un angle de vue spécifique sur la nutrition. J’exposerai brièvement dans cette série d’articles les plus et les moins, et ma réflexion sur la façon de potentialiser les effets positifs d’une association bien pensée des 3 concepts.

Internet regorge de ressources sur l’alimentation paléolithique, le but de ce blog n’est pas de réexpliquer les concepts, la toile regorge de gens qui font ça bien mieux que moi, j’irai donc à l’essentiel.

L’alimentation paléolithique: Le choix des aliments

Le régime paléo en bref: l’idée est de se rapprocher du régime auquel notre génome s’est adapté au paléolithique, c’est à dire entre –2.5 mil­lions d’années et –10.000 ans. Il s’agit de supprimer une grande partie des céréales modernes, des produits laitiers et ceux issus d’une transformation. Vous entendrez également parler de régime « chasseur cueilleur ». Vous pouvez choisir jusqu’à quel point vous décidez de vous impliquer, je vous conseille la lecture de cet excellent article de Jérémy Anso : Comment manger paléo dans la vraie vie.

L’alimentation paléolithique nous indique les bons choix alimentaires, ce qu’il faut mettre dans notre assiette.

Les plus:

  • De nombreuses études12345  (merci à Jérémy Anso pour les références) montrent les bienfaits de l’alimentation paléo sur la santé par leur influence bénéfique sur les maladies dites de civilisation dont fait partie le carré mortel ou « deadly quartet »6 ( l’hypertriglyceridémie, la résistance au glucose, l’hypertension et l’obésité)
  • une amélioration de votre composition corporelle (perte de masse grasse)
  • un regain d’énergie dans la vie quotidienne
  • Diversité des repas et redécouverte de la variété des légumes

Les moins:

  • Les premiers pas peuvent être difficiles le temps de retrouver des repères, on se dira moins « Flûte on a rien à manger, allez, pâtes et gruyère, ça ira bien… »
  • Si vous êtes un gros consommateur de produits transformés, il vous faut réapprendre à préparer tous vos repas sans vous décourager
  • Les paléo-hystériques… ceux qui considèrent qu’ils ont trouvé le Graal et deviennent intolérants avec les autres

 

  1.  Eaton, S. B., Kon­ner, M. J. & Cor­dain, L. 2010. Diet-dependent acid load, Pale­olithic nutri­tion, and evo­lu­tion­ary health pro­mo­tion. The Amer­i­can Jour­nal of Clin­i­cal Nutri­tion, 91, 295–297. []
  2. Hock­ett, B. & Haws, J. 2003. Nutri­tional ecol­ogy and diachronic trends in Pale­olithic diet and health. Evo­lu­tion­ary Anthro­pol­ogy: Issues, News, and Reviews, 12, 211–216. []
  3. Jöns­son, T., Ahrén, B., Pacini, G., Sundler, F., Wierup, N., Steen, S., Sjöberg, T., Ugan­der, M., Frostegård, J., Görans­son, L. & Lin­de­berg, S. 2006. A Pale­olithic diet con­fers higher insulin sen­si­tiv­ity, lower C-reactive pro­tein and lower blood pres­sure than a cereal-based diet in domes­tic pigs. Nutri­tion & Metab­o­lism, 3, 39. []
  4. Jöns­son, T., Gran­feldt, Y., Ahrén, B., Branell, U.-C., Påls­son, G., Hans­son, A., Söder­ström, M. & Lin­de­berg, S. 2009. Ben­e­fi­cial effects of a Pale­olithic diet on car­dio­vas­cu­lar risk fac­tors in type 2 dia­betes: a ran­dom­ized cross-over pilot study. Car­dio­vas­cu­lar Dia­betol­ogy, 8, 35. []
  5. Jöns­son, T., Gran­feldt, Y., Erlanson-Albertsson, C., Ahrén, B. & Lin­de­berg, S. 2010. A pale­olithic diet is more sati­at­ing per calo­rie than a mediterranean-like diet in indi­vid­u­als with ischemic heart dis­ease. Nutri­tion & Metab­o­lism, 7, 85. []
  6. The deadly quartet : The insulin resistance syndrome []
Lire plus dans Alimentation, Réflexions
2 Commentaires
  1. mar 24 2013

    Salut Jean-yves,

    Je suis extrêmement flatté pour la mention que tu me fais, et celle de mon article. Merci à toi.

    Je dois dire que je suis agréablement surpris par ton tout jeune blog, j’aime beaucoup l’idée d’une alimentation paléolithique « incomplète » avec les notions de jeûne intermittent et autres.

    Je m’enregistre pour te suivre, et si tes articles futurs articles sont riches et percutants, c’est avec plaisir que je te mentionnerais sur Dur à Avaler.

    Excellente continuation à toi !
    Jérémy.

    • Jean-Yves
      mar 24 2013

      Bonjour Jérémy,
      je dois avouer que je suis également flatté par ton retour, Dur à Avaler étant un blog dont je suis fan et dont je suis me suis inspiré car je trouve la démarche exemplaire.

      A bientôt donc!

      Jean-Yves

Commentaires clos.